Coordination des Dahiras tidianes Dakar et Banlieue Section Coskas Guèdiawaye

Serigne Cheikh Ahmad Tidiane Chérif (RTA)

Il mémorisa le Coran dès l'âge de 7 ans et étudia les sciences dont les sciences islamiques. Dès 16 ans, et fut nommé mufti. Il partit ensuite à Fèspour se perfectionner en sciences islamiques à l'université Karaouiine. Il y étudia à plusieurs madhhabs : les écoles malékite, chafiite, hanbalite et hanafite. Il mémorisa les recueils de hadiths par cœur tels que le Sahih de Boukhari, Mouslim, les Sounans. Il perfectionna les sciences du Coran en Tunisie, notamment dans les règles de récitation.
Il rencontra les plus grands savants de son temps et devint mouqadem de chaque tariqa soufie. Ayant annonçé qu'il avait eu une apparition attendue du prophète de l'islam Mahomet, unetariqa de plus en plus grande s'est formée autour de lui, confrérie qui par la suite portera son nom.
Tijani est décédé à Fès en 1815. Ses enseignements continueront à se répandre après sa mort, atteignant une large audience en Afrique de l'ouest (Sénégal, Nigéria, Niger, etMauritanie), grâce notamment aux voyages de ses compagnons visant à propager cette branche de l'islam.

Cheikhou Oumar Alfoutiyou Tall RTA

Oumar Tall, de son vrai nom El Hadj Oumar Saïdou Tall, (Umar al-Fûtî ou Omar Seydou Tall) est un conquérant et souverain toucouleur. Il est né à Aloar dans le Fouta-Toro, dans l’actuel Sénégal, entre 1794 et 1797 et est mort de l'explosion accidentelle de son stock de poudre dans les grottes de Déguimbéré dans le pays Dogon le 12 févier 18641,2. Il est le fondateur de l'Empire toucouleur.

Né entre 1794 et 1797 à Halwar, il est le fils de Seydou Tall et de Sokhna Adama Thiam. Il est le quatrième fils de son père et le huitième de sa mère. Toucouleur descendant d'une grande famille de notables et chefs religieux, il a commencé à approfondir sa connaissance de l’islam grâce à Abd el-Karim, un lettré musulman originaire du Fouta-Djalon, membre de la confrérie Tidjaniya. À partir de 1827 et pendant dix-huit ans, Omar Seydou tall entreprend plusieurs voyages. Il se rend à Hamdallaye sur le Niger où il rencontre Amadou Cheikhou, puis séjourne plusieurs mois à Sokoto à la cour de Mohammed Bello.

Mawlanaa Cheikhal Haadji Malick Sy RTA Fondateur de la ville sainte Tivaouane.

Fils de Sidy Ousmane Sy et de Sokhna Fatoumata Wade Wele, Malick Sy est né à Gaé (Gaaya en wolof) près de Dagana vers 1855. Sa date de naissance reste incertaine. En effet, la tradition orale indiquant que son « entrée dans ce village » eut lieu le 25 février 1855, il en a été déduit qu'il était né ce jour-là2.
Malick Sy séjourne en Mauritanie, s'installe à Saint-Louis en 1884, puis à Louga, et Pire avant de s'établir à Tivaouane en 1902 à la suite d'une demande, dit-on, du grand notable Djibril Guèye qui l'invita à y rester. Il débuta sa formation religieuse à Gaé avec Thierno Malick Sow et Alpha Mayoro Welé, des parents de sa famille maternelle. Malick Sy ira poursuivre ses études coraniques au Djolof, vers Sagatta, avec son oncle Amadou Sy. Malick Sy alla au Fouta, dans le cercle de Saldé, chez Abdou Bitèye. Il finira sa formation coranique chez d'autres maîtres du Fouta, dont Mamadou Top à Podor. À Saint-Louis, Malick Sy rencontra sa première épouse Sokhna Rokhaya Ndiaye.
Il alla à la Mecque pour la première fois en 1888. Il revint de la Mecque avec le titre de Khalife de la Tidjaniya pour le Sénégal. Dans son travail d'initiation au tidjanisme auprès des Sénégalais, Il fut beaucoup aidé par les groupements omariens, eux-mêmes tidjanes. Malick Sy fit une propagande discrète, surtout centrée sur la diffusion de la confrérie dans les centres urbains, avec la construction de mosquées et de daaras – écoles d'enseignement islamique –, au Waalo, Cayor, Fouta, Djolof, Sine-Saloum.

Cheikhal Khalifa Babacar Sy (RTA) 2ieme Fils et 1er Khalif de Seydil Hadji malick SY ( RTA)

Né à Saint-Louis en 1885, il était le second fils de El-Hadji Malick Sy et de Sokhna Rokhaya Ndiaye. Il succède à son père le jour même du décès de celui-ci : le 27 juin 1922 et est le premier au Sénégal à avoir porté le titre de Khalife Général des Tidianes. Il était âgé seulement de 37 ans, à son accès au Khalifat. Son autorité est reconnue par tous les Mokhaddam qui voient surtout, en sa personne l'héritier de la Baraka du vénéré El Hadj Malick.

Élevé dans un milieu essentiellement religieux, ses études basées sur une foi naturelle et spontanée, en feront un fin lettré, d'esprit ouvert et tolérant, mais aussi un croyant fervent, convaincu du caractère spirituel de sa mission de chef de confrérie islamique. Guidé par sa droiture, il a su, par sa sincérité et sa foi, se forger un destin de meneur d'hommes. Il a été le premier à créer les "dahira", ces clubs mystiques où se forment les adeptes de la religion. il a toujours défendu, avec énergie et dévouement, trois choses : l'islam, la tarikha et les dahiras. Serigne Babacar Sy laissera le souvenir d'un grand savant mystique, à la probité et à la rigueur morale irréprochables. Il décède à Tivaouane le 25 mars 1957.

El Hadji Mansour Sy RTA Ibn Cheikhal Haadji Malick SY

Troisième fils d’El Hadj Malick Sy, Serigne Mansour vit le jour en 1900 à Tivaouane. Très tôt, son intelligence, sa capacité de discernement et sa maturité révélèrent sa très grande envergure. C’est ainsi que son père l’envoya à la Mecque, pour prier le bon Dieu de mettre fin à la deuxième guerre mondiale. Doté d’une vaste culture, il se fit un point d’honneur de présider des conférences religieuses et de remplir les mosquées d’âmes nouvelles.

Mais le destin, hélas insondable, n’a pas permis aux nombreux talibés Tidjanes de s’abreuver à cette source intarissable que fut Serigne Mansour Sy Malick « Bal Khawmi », père de Serigne Mbaye Sy Mansour et de Sokhna Fatsy l'épouse du Khalif General des Tidjanes . Il disparut en effet le 29 mars 1957, soit quatre jours après le rappel à Dieu de son frère Serigne Babacar Sy.

Mame Abdou Aziz SY DABAKH Malick 4ieme fils et 2ieme Khalif de Seydil haadji malick sy RTA

Né en 1904 El Hadj Abdou Aziz Sy était le quatrième fils de Seydi El Hadj Malick Sy (RTA) et de Sokhna Safiétou Niang Arame Mbonko. Dés son tendre enfance Dabakh fut confié à Serigne Hady Touré auprès de qui il apprend et maîtrise le Coran entre Fass Touré et Diacksao.

Eminent érudit doublé d’un fin lettré, El Hadj Abdou Aziz était la parfaite incarnation de la sagesse et du savoir. De son vivant, Dabakh constituait une référence non seulement pour tous les musulmans du pays, mais également pour toute la communauté religieuse sénégalaise dans toute sa diversité et sa complexité. Ayant grandi sous l’ombre de son illustre grand frère Serigne Babacar Sy dont il a été l’homme de confiance, Dabakh a toujours défendu avec énergie et dévouement les recommandations d’Allah et de son prophète Muhammad (Psl).

Porté à la tête de la confrérie Tidiane le dimanche 31 mars 1957, Dabakh eut la lourde charge de conduire aux destinées de la Tarikha Tidiane suite aux disparitions successives de Seydi Aboubacar Sy et de Seydi Mouhammadou Mansour Sy (décédé trois jours après Serigne Babacar). Une épreuve terrible pour cet homme alors âgé de 53 ans qui se voyait ainsi confier les rennes de la plus grande confrérie d’Afrique. 40 ans de Khalifat durant lesquelles Serigne Abdou Aziz Sy a posé les bases de la dimension universelle de la Tarikha Tidiane qui compte près à ce jour près de centaines de millions d’adeptes disséminés dans les cinq continents.

Serigne Mouhamadou Mansour SY Borom Daara yi Khalif Général des Tidianes Ibn Ababacar Sy malick Hafizahou lahou wa nasrahou!

Serigne Mouhamadou Mansour Sy "Borom Daradji", Khalife général des Tidjanes depuis le 14 septembre 1997 est un des chefs religieux les plus érudits du Sénégal. Il a consacré sa vie à l’enseignement du Coran d’où son pseudonyme. Connu pour sa finesse d’esprit, son sens de l’humour et sa grande générosité, il assure avec sagesse depuis 13 ans le lourd fardeau de khalife général dans un contexte de crise des valeurs et de radicalisation des fondamentalismes religieux dans le monde.
Pour mieux le connaître, nous avons demandé à Serigne Mansour Sy, son homonyme et gendre, fils d’El Hadj Abdou Aziz Sy Dabakh, de nous faire son portrait en nous parlant de sa formation, de ses humanités mais surtout de l’homme, de ses inspirations et de ses qualités.
Il est né le 15 août 1925, deux ans après la disparition de Mame Seyd El Hadj Malick Sy. Son père avait une grande ouverture sur la culture occidentale en plus de ses connaissances religieuses et spirituelles. Il parlait français et avait montré ses grandes capacités mystiques avant même de revenir de Saint-Louis pour remplacer son père comme khalife.

Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Ibn Ababacar sy malick

Serigne Cheikh Ahmad Tidiane Sy Maktoum tire un double privilège de son état-civil. La Tidjaniyya, confrérie soufie, est fondée par son homonyme, l'Algérien Aboul Abbas Ahmad At-Tidjani (1737-1815), puis largement propagée par son grand-père, El Hadji Malick Sy, hagiographe du prophète Mohamed (PSL).

Natif de Saint-Louis comme son père, Ababacar Sy, khalife des tidjanes de 1922 à 1957, dont il est le troisième fils, Serigne Cheikh Tidiane Sy est entré dans sa 83-ème année. Il laisse apparaître le parcours d'un guide spirituel qui s'est affranchi du conservatisme, propre à l'islam au Sénégal, pour s'efforcer de se donner une identité propre à lui, celle d'un homme d'ouverture.

Serigne Abdou Aziz sy Al Amiine Ibn Ababacar sy malick

Pendant longtemps, « Junior » a été accolé à son nom, Abdoul Aziz Sy, pour le distinguer de son oncle paternel Serigne Abdoul Aziz Sy, le khalife général de la Tijanya au Sénégal (1957-1997). Aujourd’hui, il est devenu Serigne Abdoul Aziz « Al Amin » (« Celui en qui on a confiance ») et assure la même fonction : porte-parole du Khalife El Hadj Mansour Sy, son frère aîné.

Cheville ouvrière de la famille de El Hadj Malick Sy, Serine Abdoul Aziz Sy est connu pour son caractère réfléchi, sa franchise et son dynamisme. Fils du 1er Khalife de Maodo, Serigne Babacar Sy et de Sokhna Astou Kane, il est né en 1928 à Tivaouane. Après avoir fait ses premières classes en même temps que ses frères, Serigne Mansour et Serigne Cheikh, auprès de Serigne Alioune Gueye, Il fut recueilli très tôt par son père pour en faire son confident et son bras droit chargé de gérer les affaires familiales et l'intendance.

Serigne Mbaye sy Mansour SY Malick Hafizahou lahou wa nasrahou

7ème édition du Gamou de Diacksao / Serigne Mbaye Sy Mansour demande à ses pairs de faire vivre la religion et non de vivre d’elle.

Serigne Mbaye Sy Mansour, son discours sera axé sur la crise d’autorité qui, dira t-il, secoue dans le pays, les coupures intempestives d’électricité et qui n’influent jamais sur les factures. Car ces dernières sont salées de façon exorbitante « Malgré les coupures, il n’y a aucune réduction sur le net à payer. Le président est bien au courant des difficultés que constituent ces coupures, alors il se doit de nous tenir un langage de vérité. Nous restons près de 12 heures sans aucun éclairage. Pis, les ménagères sont celles qui les ressentent le plus. Si on sait que toutes leurs denrées périssent». Tout comme il a souligné les difficultés liées à l’électricité, le religieux ne s’est pas empêché d’interpeller le gouvernement également sur la situation des personnes qui continuent à vivre dans des zones d’eau.

Serigne Maodo sy Ibn Abdoul Aziz DABAKH hafizahou lahou wa nasrahou!

Le guide religieux Maodo Malick Sy, fils de Serigne Mbaye Sy, a invité mardi tous les élèves du Sénégal à adopter un comportement exemplaire et à rester disciplinés, afin de devenir des modèles.

Le marabout s'exprimait lors de la cérémonie de récompense des meilleurs élèves du CEM "Cheikh Mouhamadou Habib Sy", fils de Elhadji Malick Sy. Fondateur de cette école, Mouhamadou Habib Sy incarnait les vertus de sagesse, de discipline, de travail bien accompli et de solidarité envers ses prochains, a-t-il rappelé.

Aussi, a-t-il appelé les élèves de cet établissement à suivre les pas de ce grand érudit de l'Islam, afin d'accomplir leur devoir à l'égard de la société. Serigne Maodo Malick Sy a fustigé l'habillement des jeunes qui imitent les Occidentaux, alors que les valeurs et traditions sénégalaises recommandent la décence.

Agenda & Annonces
2018-04-11
13 Mai Tour djamiya à ASECNA dahira sope Serigne Babacar SY chez GADIO à partir de 17 heures
2018-04-11
15 Avril 2018 Ziarra Générale à Tivaoune.
Coordination des Dahiras tidianes Dakar et Banlieue Tous droits réservés